Paroisse Bienheureux Marcel CALLO
Doyenné d'Hénin-Carvin - Diocèse d'Arras - FRANCE

22 Septembre 2017

Vous êtes ici : Accueil > Paroisse > Marcel Callo

Image de fond

Biographie de Marcel CALLO

Marcel Callo

Marcel Callo est le second d'une famille de neuf enfants. Marcel se r√©v√®le malicieux, taquin, tr√®s affectueux et sait reconna√ģtre ses torts. D√©j√† se manifeste son talent de meneur de jeu. A 12 ans, il entre en apprentissage et prend √† cŇďur son r√īle d'a√ģn√© apr√®s le d√©part de son fr√®re au s√©minaire. Il adh√®re √† la croisade eucharistique, mouvement dont le but est d'apprendre aux enfants et adolescents √† faire de leur vie une pri√®re ininterrompue, en pla√ßant l'Eucharistie au cŇďur de toute initiative, dans un but apostolique, selon la devise des crois√©s: "Prie, communie, sacrifie¬≠toi, sois ap√ītre".



Marcel Callo

Puis il entre chez les scouts o√Ļ il prend plaisir √† observer la loi et √† participer aux activit√©s. Par ailleurs, ses d√©buts dans l'imprimerie o√Ļ il travaille comme typographe s'av√®rent difficiles, l'ambiance y est pesante. Son dynamisme se heurte √† des pr√©occupations beaucoup plus malsaines des ouvriers plus √Ęg√©s qui se targuent d'initier les plus jeunes. Sur les conseils de sa m√®re, Marcel se tourne vers la Vierge, secours des adolescents; cela lui vaut le surnom de "J√©sus-Christ". Malgr√© tous ces obstacles, le jeune homme devient rapidement un ouvrier comp√©tent et honn√™te, appr√©ci√© de son contrema√ģtre et des jeunes apprentis qu'il prot√®ge.


Marcel Callo

Il quitte le scoutisme, un peu √† contrecŇďur, pour entrer √† la JOC (Jeunesse Ouvri√®re Chr√©tienne) o√Ļ il tient √† privil√©gier la vie spirituelle comme source de toute action, dans un monde ouvrier tr√®s d√©christianis√©. Devenu pr√©sident de la section, il se d√©pense sans mesure pour assumer les responsabilit√©s pratiques et surtout morales que cela implique.





Marcel Callo

En 1943, Marcel perd sa sŇďur dans un bombardement et se voit r√©quisitionn√© pour le STO (Service du Travail Obligatoire) : malgr√© son d√©chirement (il vient de se fiancer), il accepte de partir, d'une part pour √©viter des repr√©sailles sur sa famille, d'autre part dans une perspective missionnaire : l√†-bas √©galement l'apostolat est urgent.

Envoy√© √† Zella-Melhis, il travaille dans une usine de r√©volvers et loge dans un camp de 3000 ouvriers environ. Il surmonte une p√©riode de d√©tresse et de d√©couragement et organise peu √† peu clandestinement la vie chr√©tienne du groupe. Ses activit√©s le trahissent et il est arr√™t√© le 19 avril 1944 parce que "trop catholique". Transf√©r√© √† la prison de Gotha avec les principaux dirigeants jocistes de Thuringe (ils seront 12), il est finalement envoy√© successivement aux camps de concentration de Flossenburg (o√Ļ fut pendu Dietrich Bonhoeffer) et de Mauthausen o√Ļ il partage les effroyables souffrances de tous les d√©port√©s et p√Ętit avec eux de l'affolement des nazis devant l'alliance alli√©e. Il travailla surtout √† Gusen II, le pire des kommandos.

Marcel Callo

Souffrant terriblement de l'estomac, il meurt d'√©puisement le 19 mars 1945, assist√© par un camarade boulevers√© devant son attitude, le colonel Tibodo qui t√©moigne: J'ai connu Marcel Callo pendant quelques heures seulement, celles qui ont pr√©c√©d√© sa mort en mars 1945, un mois et demi avant la lib√©ration. Je ne l'ai connu qu'aux derni√®res heures de sa vie : il est mort en quelque sorte dans mes bras. Cependant cela m'a suffit pour constater que ce gar√ßon √©tait de beaucoup au-dessus de la nature humaine ordinaire. (...) Si j'ai gard√© son souvenir, alors que j'ai pass√© par plusieurs camps et que j'ai connu de nombreux prisonniers, c'est que Marcel Callo avait un regard vraiment surnaturel. Le t√©moignage que j'ai donn√© est au-dessous de la r√©alit√© : le regard √©tait plut√īt un regard d'espoir, l'espoir d'une vie nouvelle. Si moi, parpaillot, qui ai vu des milliers de prisonniers mourir, j'ai √©t√© frapp√© par le regard de Marcel Callo, c'est qu'il y avait en lui quelque chose d'extraordinaire. Ce me fut une r√©v√©lation : son regard exprimait une conviction profonde qu'il partait vers le bonheur. C'√©tait un acte de foi et d'esp√©rance vers une vie meilleure. Je n'ai jamais vu chez un moribond un regard comme le sien.

Marcel Callo

Le mardi 12 juin 1945, un service fun√®bre fut c√©l√©br√© pour le repos de l'√Ęme du jeune martyr Marcel Callo en la basilique Notre-Dame de Bonne¬≠-Nouvelle de Rennes. Par la suite, le P√®re J√©go, aum√īnier du lyc√©e St-Martin de Rennes et ami de la famille, entreprit d'√©crire un livre sur la vie du jeune Marcel Callo, ouvrage qui parut √† la fin de l'ann√©e 1946. Tr√®s vite, ce livre connu un grand succ√®s et il fut traduit en de nombreuses langues, dont en allemand par un certain P√®re G√©rardi qui sera, avec sa secr√©taire, Rosemarie Scholze (devenue Mme Pabel), le grand promoteur de la cause de b√©atification de Marcel Callo. C'est lui qui insistera aupr√®s de l'√©v√™que de Rennes, mais aussi du Pape Pie XII pour que s'ouvre le proc√®s informatif dioc√©sain, premi√®re √©tape du proc√®s de b√©atification. Ce sera finalement le Cardinal Paul Gouyon qui s'att√®lera √† cette t√Ęche, r√©digeant lui-m√™me un ouvrage sur le jeune rennais: ¬ę Marcel Callo, t√©moin d'une g√©n√©ration ¬Ľ. Finalement, il faudra attendre le dimanche 4 octobre 1987 pour que le Pape Jean-Paul II, √† l'occasion du synode mondial des √©v√™ques sur la vocation et la mission des la√Įcs dans l'Eglise et dans le monde, b√©atifie le jeune Marcel Callo, en m√™me temps que deux jeunes italiennes, Antonia Mesina et Pierina Morosini, martyres elles aussi.

Le rayonnement posthume de ce jeune breton ayant rejoint le Christ √† 24 ans est immense, notamment chez les catholiques allemands qui l'associent d'embl√©e √† Edith Stein ou Maximilien Kolbe. Le bienheureux Marcel Callo est d√©sormais f√™t√© dans son dioc√®se de Rennes le 19 avril, date o√Ļ il fut arr√™t√© √† Zella-Melhis ; le 19 mars, date de sa mort, √©tant la f√™te de Saint Joseph. De nombreuses √©glises ou paroisses sont plac√©es sous l'invocation de Marcel Callo : Tremblay-en-France, Rennes, Nantes, Caen, Lille, Flers-de-l'Orne, Douai, Savigny-sur-Orge, La Haye-du-Puits, Montferrier-sur-Lez, ainsi qu'en Autriche dans le dioc√®se de Linz.

Marcel Callo

Extraits de l'homélie du Pape Jean-Paul II 4 octobre 1987

"Marcel Callo, que j'ai la joie de d√©clarer Bienheureux, au milieu de sa famille, de son dioc√®se de Rennes et de nombreux repr√©sentants de la JOC et du scoutisme, n'est pas arriv√© tout seul √† la perfection √©vang√©lique. Une famille modeste, profond√©ment chr√©tienne, l'a port√©. Le scoutisme, puis la JOC ont pris le relais. Nourri par la pri√®re, les sacrements et une action apostolique r√©fl√©chie selon la p√©dagogie de ces mouvements, il a construit l'√Čglise avec ses fr√®res, les jeunes travailleurs chr√©tiens. C'est en √Čglise que l'on devient chr√©tien, et c'est avec l'√Čglise que l'on construit une humanit√© nouvelle.

Marcel n'est pas arriv√© tout de suite √† la perfection √©vang√©lique. Plein de talents et de bonne volont√©, il a aussi connu de longs combats contre l'esprit du monde, contre lui-m√™me, contre le poids des choses et des gens. Mais, pleinement ouvert √† la gr√Ęce, il s'est laiss√© progressivement conduire par le Seigneur, jusqu'au martyre.

L'√©preuve a m√Ľri son amour personnel pour le Christ. De sa prison il √©crit √† son fr√®re, r√©cemment ordonn√© pr√™tre : "Heureusement, il est un Ami qui ne me quitte pas un instant et qui sait me soutenir et me consoler. Durant les heures p√©nibles et accablantes, avec Lui on supporte tout. Combien je remercie le Christ de m'avoir trac√© le chemin que je suis en ce moment".

Parvenu dans la joie éternelle de Dieu, il témoigne que la foi chrétienne ne sépare pas la terre du ciel. Le ciel se prépare sur la terre dans la justice et l'amour. Quand on aime on est déjà "bienheureux". Le colonel Tibodo, qui avait vu mourir des milliers de prisonniers, l'assistait à l'aube du 19 mars 1945; il témoigne avec insistance et émotion : Marcel avait le regard d'un saint.

Le message vivant d√©livr√© par le jociste Marcel Callo nous concerne tous. Aux jeunes travailleurs chr√©tiens, il montre le rayonnement extraordinaire de ceux qui se laissent habiter par le Christ, et se donnent √† la lib√©ration int√©grale de leurs fr√®res. Aux chr√©tiens du dioc√®se de Rennes, et dans le sillage des √©v√™ques fondateurs Amand et Melaine, du Bienheureux Yves Maheuc, du Bienheureux Julien Maunoir, de Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, de la Bienheureuse Jeanne Jugan, Marcel Callo rappelle la f√©condit√© spirituelle de la Bretagne quand elle sait vivre dans la foi de ses fr√®res. A nous tous, la√Įcs, religieux, pr√™tres ou √©v√™ques, il relance l'appel universel √† la saintet√©; une saintet√© et une jeunesse spirituelle dont notre vieux monde occidental a tant besoin pour continuer d'annoncer l'√Čvangile "√† temps et √† contretemps" !"

Basilique Saint-Pierre de Rome, Le 4 octobre 1987

Source : Diocèse de Rennes.

Retour en haut de page

La Paroisse


Rattachement
Courcelles-lès-Lens
Dourges
Evin-Malmaison
Leforest
Noyelles-Godault
Espace jeunesse
Les prêtres
L'équipe d'animation paroissiale

Les Sacrements


Baptême
Eucharistie
Confirmation
Réconciliation
Mariage
Ordre religieux
Sacrement des malades

Au quotidien


Actualités/infos
Prochaines messes
Messes en semaine
Le mensuel paroissial
Saint(s) du jour
Lecture du jour
Liturgie des heures
Prières
Intentions de prière

Mouvements chrétiens


Scouts
A.C.E.
A.C.O.
A.C.A.T.
Secours catholique
M.C.R
C.C.F.D.
Pastorale des migrants
Dialogue interreligieux

Autres infos


Archives du site Contactez-nous
FAQ
Mode d'emploi de la messe
Aider la Paroisse
Sites à visiter
Webmaster
Politique de confidentialité

^ Haut de page ^

Contact - Webmaster
Politique de confidentialité